Politique vaccinale en France

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Mis à jour le

Le calendrier des vaccinations, c’est quoi ?

Le calendrier des vaccinations, appelé aussi calendrier vaccinal, décrit l’ensemble des vaccins à faire selon :

Le calendrier vaccinal précise aussi le nombre d’injections, le délai entre les injections et l’âge des rappels.

Le calendrier des vaccinations est donc l’ensemble des recommandations de vaccinations qui permettent à tous d’être protégés efficacement contre certaines maladies tout au long de la vie. Il est publié chaque année par le Ministère de la Santé.

L’info accessible :
Vous pouvez retrouver des explications en LSF sur le site de Santé publique France, dans la vidéo "La vaccination, c'est quoi ?"

Mis à jour le

Pourquoi y a-t-il des vaccins obligatoires et des vaccins recommandés ?

La coexistence dans le calendrier vaccinal français de vaccins obligatoires et de vaccins recommandés est le reflet de l’histoire de la vaccination en France. Avant l’arrivée des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, ces maladies représentaient de véritables fléaux, responsables à elles trois de plusieurs milliers de décès d’enfants par an en France. L’État a décidé de les rendre obligatoires afin de s’assurer que tous les enfants puissent y avoir accès et être protégés.

Cependant, devant une couverture vaccinale insuffisante pour certaines vaccinations, la réapparition d’épidémies et à la suite des recommandations émises à l’issue de la concertation citoyenne organisée en 2016, le ministère de la Santé a recommandé, en juillet 2017, d’élargir l’obligation vaccinale à huit vaccins supplémentaires chez les bébés de moins de 2 ans (CoquelucheHaemophilus influenzae bHépatite B, Méningocoque CPneumocoqueRougeoleOreillonsRubéole).

Ces huit vaccins, dont bénéficiait déjà la grande majorité des enfants, sont obligatoires pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, en plus des trois vaccins qui étaient déjà obligatoires depuis de plusieurs années (DiphtérieTétanosPoliomyélite).

Depuis l'extension des obligations vaccinales, les couvertures vaccinales ont augmenté pour tous les vaccins des enfants nés en 2018 par rapport à ceux nés en 2017, et le suivi de pharmacovigilance n'a pas mis en évidence de signal ou d'alerte particulier.

pots vaccins

Mis à jour le

Quelle est la différence entre les vaccins obligatoires et les vaccins recommandés ?

Il n’y a aucune différence en termes d’efficacité, de sécurité et de qualité entre les vaccins recommandés et les vaccins obligatoires. Les vaccins recommandés sont par ailleurs tout aussi importants à faire que les vaccins obligatoires.

La distinction entre vaccin obligatoire et recommandé est uniquement liée à l’histoire de la vaccination en France puisqu’initialement, les vaccinations obligatoires étaient destinées à combattre des maladies qui constituaient des fléaux sanitaires (poliomyélitediphtérievarioletétanostuberculose), et que les pouvoirs publics voulaient que ces vaccinations soient accessibles à tous.

Cependant, devant une couverture vaccinale insuffisante pour certaines vaccinations et à la réapparition d’épidémies, en 2018, la loi à élargi , l’obligation vaccinale à huit vaccins supplémentaires chez les bébés de moins de 2 ans (CoquelucheHaemophilus influenzae bHépatite BMéningocoque CPneumocoqueRougeoleOreillonsRubéole).

Ces huit vaccins, dont bénéficiait déjà la grande majorité des enfants, sont obligatoires chez les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, en plus des trois vaccins qui étaient déjà obligatoires depuis de nombreuses années (DiphtérieTétanosPoliomyélite).

D’autres vaccins sont recommandés chez l’enfant et tout aussi importants et nécessaires que les vaccins obligatoires (HPV, rotavirus, Méningocoque) ; ils sont simplement plus récents. Ils permettent aussi de lutter contre des maladies graves voire mortelles chez les enfants et les adultes, qu’elles soient d’apparition rapide (par exemple certaines méningites ou septicémies) ou retardée (certains cancers).

Cependant, cette distinction a plusieurs conséquences :

  • Les vaccinations obligatoires sont exigibles pour l’entrée en collectivité (école, crèche, centre de vacances), par conséquent un enfant non vacciné avec les vaccins obligatoires ne pourra être admis dans ces collectivités.
  • Lorsque l'enfant est admis dans une collectivité d'enfants pour une durée supérieure à un an, la justification de la réalisation des vaccinations obligatoires pour le maintien dans cette collectivité est annuelle.
  • Les parents (ou les titulaires de l’autorité parentale) d’enfants n'ayant pas reçu ces vaccinations obligatoires peuvent faire l’objet de poursuites pénales.
  • L'indemnisation en cas d’effets indésirables imputables à la vaccination est différente selon le caractère obligatoire ou non du vaccin.

Par ailleurs, certaines vaccinations, qui ne sont pas obligatoires pour la population générale, le sont pour différentes professions : professionnels de santé et étudiants des professions de santé, personnels de laboratoire, égoutiers, vétérinaires, personnels travaillant dans les transports sanitaires, dans l’alimentation, thanatopracteurs (métier consistant à prodiguer les soins de conservation aux défunts), personnels des établissements médico-sociaux, etc.

Mis à jour le

Pourquoi les recommandations vaccinales changent-elles ?

Le calendrier des vaccinations est publié chaque année par le Ministère de la Santé avec odes modifications par rapport à l’année précédente.

Les modifications apportées au calendrier des vaccinations tiennent compte :

  • de l’apparition de nouvelles maladies ;
  • de l’évolution des maladies, de leur fréquence, des risques d’épidémies, des groupes de personnes les plus touchées qui peuvent changer au cours du temps ;
  • de l’existence de nouveaux vaccins et de l’évolution des vaccins qui existent déjà, par exemple, s’ils nécessitent moins d’injections, s’ils protègent contre davantage de souches de microbes, etc.
  • de nouvelles connaissances scientifiques sur la durée de protection des vaccins.

Mis à jour le

Depuis la loi du 30 décembre 2017, les enfants doivent-ils être vaccinés pour pouvoir aller en crèche ou à l’école ?

Oui. Pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, les onze vaccinations obligatoires sont exigibles pour être admis en en collectivité (crèches, garderies, école) depuis le 1er juin 2018.

Ces onze vaccinations sont : diphtérietétanospoliomyélitecoqueluchehaemophilus influenzae bhépatite Bméningocoque Cpneumocoquerougeoleoreillonsrubéole.

Si l'enfant n'a pas eu toutes ses vaccinations obligatoires selon son âge et le calendrier vaccinal, il est provisoirement admis dans la collectivité et les vaccinations obligatoires manquantes doivent être réalisées dans un délai de trois mois et ensuite poursuivies.

A l'issue de ces trois mois et sauf contre-indication médicale reconnue, les enfants n’ayant pas reçu les vaccinations obligatoires ne pourront donc plus être admis en collectivité.

Lorsque l'enfant est admis dans une collectivité d'enfants pour une durée supérieure à un an, les parents doivent présenter chaque année le carnet de santé avec les pages vaccination à jour.

Mis à jour le

Pourquoi les vaccins sont-ils nécessaires pour l'entrée en collectivité ?

Pansement

Les enfants les plus jeunes ne sont pas encore bien protégés contre les maladies : leur système immunitaire est fragile et a besoin d’être renforcé par la vaccination.

En commençant sa vie en collectivité, en crèche, à l’école, ou en centre de loisirs et de vacances, un enfant va côtoyer beaucoup d’autres enfants. La vaccination permet de le préserver d’un risque élevé de contracter de nombreuses maladies infectieuses très contagieuses, de protéger les autres enfants de la collectivité et de diminuer le risque d’épidémies.

Pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les infections à Haemophilus influenzae b, l’hépatite B, la méningite à méningocoque C, les infections à pneumocoque, la rougeole, les oreillons et la rubéole est obligatoire (sauf contre-indication médicale reconnue) pour pouvoir être admis en crèche, à l'école, en garderie, en colonie de vacances ou toute autre collectivité d'enfants. Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2018, la vaccination contre la diphtérie le tétanos et la poliomyélite est obligatoire à l’âge de 2, 4 et 11 mois. 

Si l'enfant n'a pas eu toutes ses vaccinations obligatoires selon son âge et le calendrier vaccinal, il est provisoirement admis dans la collectivité et les vaccinations obligatoires manquantes doivent être réalisées dans un délai de trois mois et ensuite poursuivies.

Lorsque l'enfant est admis dans une collectivité d'enfants pour une durée supérieure à un an, les parents doivent présenter chaque année le carnet de santé avec les pages vaccination à jour.

Mis à jour le

Les adultes doivent-ils également se faire vacciner ?

La vaccination n’est pas uniquement conseillée au nourrisson et à l’enfant : être à jour de ses vaccinations est aussi nécessaire chez l’adolescent et l’adulte.

groupe d'adultes
  • Les adultes doivent effectuer les rappels des vaccins qu’ils ont eus lorsqu’ils étaient enfants. En effet, les défenses immunitaires peuvent diminuer avec le temps et doivent être réactivées, par exemple contre des maladies comme le tétanos, la diphtérie ou la poliomyélite. Les adultes peuvent se faire vacciner même s’ils n’ont jamais été vaccinés. Ainsi, la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est recommandée pour toute personne née à partir de 1980 non vaccinée.
  • Certains vaccins sont particulièrement recommandés chez les adultes. Par exemple, la vaccination contre le méningocoque C pour les jeunes adultes et le vaccin contre la grippe et la Covid-19 chez les plus de 65 ans, plus fragiles face aux complications de la maladie. De nombreux vaccins sont recommandés ou obligatoires dans le cadre d’une activité professionnelle quand celle-ci expose au risque de contracter ou de transmettre une maladie.
  • Les femmes enceintes doivent se faire vacciner pour protéger leur nouveau né. Par exemple, la vaccination contre la coqueluche permet de protéger les nourrissons de moins de 6 mois qui ne sont pas encore complètement vaccinés.
  • La vaccination contre certaines maladies peut être recommandée pour les adultes qui partent à l’étranger. Des vaccins pour les voyageurs comme le vaccin contre la fièvre jaunel’hépatite A ou la typhoïde sont recommandés pour les personnes qui vont voyager dans des zones touchées.

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à vous informer auprès d’un centre de vaccinations internationales.

Mis à jour le

Pourquoi avoir rendu obligatoires en 2018 huit vaccins supplémentaires ?

L’objectif de cette mesure est de protéger la santé de tous les enfants et de lutter contre les épidémies qui réapparaissent en France, notamment en raison d’une couverture vaccinale insuffisante chez les bébés de moins de 2 ans. 

L’épidémie récente de rougeole entre 2008 et 2014 avec plus de 23 000 cas déclarés en France, plus de 30 encéphalites et 10 décès, était par exemple liée à l’insuffisance de la couverture vaccinale pour cette maladie.

Devant une couverture vaccinale insuffisante pour certaines vaccinations, la réapparition d’épidémies et à la suite des recommandations de la concertation citoyenne organisée en 2016, le ministère de la Santé a décidé, en juillet 2017, d’élargir l’obligation vaccinale à huit vaccins supplémentaires chez les bébés de moins de  2 ans (CoquelucheHaemophilus influenzae bHépatite BMéningocoque CPneumocoqueRougeoleOreillonsRubéole).

Ces huit vaccins, dont bénéficie déjà la grande majorité des enfants, sont donc devenus obligatoires chez les enfants de moins de 2 ans, nés depuis le 1er janvier 2018, en plus des trois vaccins qui étaient obligatoires depuis plusieurs années (DiphtérieTétanosPoliomyélite).

Pour en savoir plus :
Site de la concertation citoyenne

Vaccination Info Service Espace Professionnel

VOTRE AVIS NOUS INTÉRESSE !

Merci de votre visite sur le site vaccination-info-service.fr
Votre opinion est importante pour nous.

Votre participation à cette enquête nous permettra de mieux répondre à vos attentes et d’améliorer ce site.
Nous vous remercions de prendre quelques minutes pour compléter le questionnaire à la fin de votre visite.

OUI Je souhaite participer à cette enquête après ma visite du site