poliomyélite

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Mis à jour le

La poliomyélite, qui a aujourd’hui disparu en France, devrait être la deuxième maladie éradiquée grâce à la vaccination, mais quelques rares foyers épidémiques persistent dans le monde.

La poliomyélite est une maladie due à l’un des trois poliovirus existants, principalement présents dans les selles des personnes infectées. La transmission se fait par l’ingestion d’aliments, d’eau ou de boissons contaminés par les selles d’une personne porteuse du virus. La transmission peut également se faire à partir des virus présents dans la gorge des individus infectés.

Fauteuil roulant

L’infection est inapparente dans environ 75% des cas. Elle peut également se traduire par de la fièvre, une sensation de malaise, des maux de tête, des troubles gastro-intestinaux, une raideur de la nuque et du dos. Chez un petit nombre de personnes, le virus atteint la moelle épinière et les neurones qui commandent les muscles, et entraîne des paralysies qui peuvent persister après la guérison de la maladie initiale. Avant la vaccination, la poliomyélite représentait la principale cause de handicaps chez l’enfant. La maladie peut évoluer vers le décès.

Il n’existe pas de traitement spécifique des virus de la poliomyélite.

La poliomyélite est une maladie à déclaration obligatoire en France.

Le vaccin contre poliomyélite

La vaccination contre la poliomyélite s’adresse à tous, enfants et adultes tout au long de la vie. Elle permet d’éviter la maladie et ses complications. La couverture vaccinale élevée a permis de faire totalement disparaitre la poliomyélite en France.

Recommandations générales

La vaccination des nourrissons et des enfants contre la poliomyélite est obligatoire jusqu’à l’âge de 13 ans. Les rappels de l’adulte sont recommandés tout au long de la vie.

En milieu professionnel

La vaccination contre la poliomyélite et les rappels sont obligatoires pour :

  • les militaires ;
  • les personnels des services de secours et d’incendie ;
  • les personnels d’établissements pénitentiaires ;
  • les personnels de services médico-sociaux prenant en charge des enfants ou des personnes âgées ;
  • les personnels d’entreprises funéraires ;
  • toutes les personnes qui, dans un établissement ou un organisme de prévention ou de soins, exercent une activité professionnelle les exposant à des risques de contamination.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Recommandations pour les voyageurs

Il est recommandé à tous les voyageurs de vérifier et de mettre à jour si nécessaire leur vaccination contre la poliomyélite.

En 2016, le virus de la poliomyélite ne circule plus que dans trois pays : l’Afghanistan, le Pakistan et le Nigeria. Les séjours dans ces pays nécessitent une mise à jour de son statut vaccinal vis-à-vis de la poliomyélite. En particulier, toute personne qui n’a pas reçu de vaccin contre la poliomyélite dans les douze derniers mois devrait recevoir une dose de rappel avant son départ.

Schéma de vaccination

Nourrissons et enfants (jusqu’à 13 ans) :

  • Primovaccination à l’âge de 2 mois, 4 mois et 11 mois (3 doses).
  • Rappels à 6 ans et entre 11 et 13 ans (1 dose).

Adultes (20 à 65 ans) :

  • Rappel à 25 ans : 1 dose.
  • Rappel à 45 ans : 1 dose.

Seniors (à partir de 65 ans) :

  • Rappel à 65 ans : 1 dose, puis un rappel tous les dix ans.

Le vaccin est très efficace et permet une protection dès la 2e injection.

La vaccination a permis d’éliminer la poliomyélite en France comme dans la plupart des autres pays du monde. Depuis 1990, aucun cas de poliomyélite n’a été déclaré dans notre pays. Un cas importé d’un autre pays a été déclaré en 1995.

Grâce à la vaccination, la poliomyélite devrait être la prochaine maladie éradiquée dans le monde.

Les vaccins contre la poliomyélite actuellement disponibles sont constitués de virus inactivés sous forme simple (monovalent) ou combinés avec d’autres vaccins :

Nom commercial*

Hexyon®
Infanrix Hexa®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b, hépatite B

Type de vaccin Hexavalent
Pour qui ? Nourissons
Remboursement** Pris en charge à 65 % par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Infanrix Quinta®
Pentavac®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b

Type de vaccin Pentavalent
Pour qui ? Nourissons
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Infanrix Tetra®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Type de vaccin Tétravalent
Pour qui ? Enfants
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Tetravac-acellulaire®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Type de vaccin Tétravalent
Pour qui ? Nourrissons, enfants
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Boostrixtetra®
Repevax®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Type de vaccin Tétravalent
Pour qui ? Adultes, adolescents, enfants
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Revaxis®

Maladies
concernées

diphtérie, tétanos, poliomyélite

Type de vaccin Trivalent
Pour qui ? Adultes
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Imovax Polio®

Maladies
concernées

poliomyélite

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Nourrissons, enfants, adultes
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Hexyon®
Infanrix Hexa®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b, hépatite B

Hexavalent Nourissons Pris en charge à 65 % par l’assurance maladie**

Infanrix Quinta®
Pentavac®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b

Pentavalent Nourissons Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Infanrix Tetra®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Tétravalent Enfants Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Tetravac-acellulaire®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Tétravalent Nourrissons, enfants Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Boostrixtetra®
Repevax®

diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Tétravalent Adultes, adolescents, enfants Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Revaxis®

diphtérie, tétanos, poliomyélite

Trivalent Adultes Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Imovax Polio®

poliomyélite

Monovalent Nourrissons, enfants, adultes Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’informations.
**Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas :

  • d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces ;
  • de réaction allergique sévère ou de troubles neurologiques survenus lors d'une injection précédente.

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Depuis mars 2017, le signalement des effets indésirables a été simplifié. Toute personne peut désormais déclarer un effet indésirable, en ligne, sur le site du ministère de la santé.

Le vaccin contenant la valence poliomyélite peut être prescrit par :

  • un médecin ;
  • une sage-femme pour les femmes, l’entourage des femmes enceintes et l’entourage du nouveau-né jusqu'à ses 8 semaines.

Le vaccin est pris en charge à 65% par l’assurance maladie, le montant restant étant généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

À savoir
Des difficultés d'approvisionnement sont actuellement rencontrées avec certains vaccins contenant la valence poliomyélite. Pour plus d'information, consultez la rubrique dédiée sur le site Internet de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

La vaccination peut être réalisée par un médecin, un infirmier (sur prescription médicale) ou une sage-femme, en libéral, à l’hôpital ou en PMI (pour les enfants jusqu’à 6 ans). Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccination public. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais dans les centres de vaccination publics ou en PMI.

Le vaccin est administré par voie intramusculaire.