méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Mis à jour le

Les méningites sont la forme la plus grave des infections à pneumocoques : 1 enfant atteint sur 10 en meurt et 1 sur 3 en garde des séquelles sévères.

Le pneumocoque est une bactérie responsable d’infections fréquentes telles que des otites, des sinusites, des pneumonies et aussi des septicémies ou des méningites (infections de l’enveloppe du cerveau). Ces infections touchent plus souvent les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques ou qui suivent un traitement qui diminue leurs défenses contre les infections.

Le pneumocoque est la première cause de méningite chez l’enfant comme chez l’adulte. Les séquelles des méningites à pneumocoque (surdité, handicap) sont fréquentes (dans environ un tiers des cas), même après un traitement par des médicaments antibiotiques en milieu hospitalier.

La transmission des pneumocoques se produit entre personnes, par contact direct et étroit avec la personne infectée ou porteuse lors de baisers, de toux, ou d’éternuements. Les infections à pneumocoque peuvent compliquer une infection virale comme la grippe.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à plus de 800 000 le nombre d'enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année des suites d'une infection due au pneumocoque dans le monde. Au début des années 2000, avant la vaccination des nourrissons, chaque année, le pneumocoque était responsable en France de plus de 130 000 pneumonies, de plus de 6 000 septicémies et d’environ 700 méningites.

Le vaccin contre méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque

La vaccination contre les pneumocoques concerne tous les nourrissons ainsi que les personnes de tout âge qui sont atteintes de certaines maladies chroniques ou d’un déficit de l’immunité. Elle protège des infections graves dues au pneumocoque comme les pneumonies et surtout les méningites et septicémies.

Il existe deux types de vaccin contre le pneumocoque :

  • Le vaccin pneumococcique 13-valent : il couvre 13 sérotypes du pneumocoque, est efficace dès l’âge de 2 mois et procure une protection de longue durée. Ce vaccin est disponible pour la vaccination des nourrissons et enfants depuis 2001, des enfants et adolescents depuis 2012, et de l’adulte depuis 2013.
  • Le vaccin pneumococcique 23-valent : il couvre un plus grand nombre de sérotypes et ne peut être utilisé qu’à partir de l’âge de 2 ans. Il vient en complément du vaccin 13-valent pour compléter la protection pour les personnes à risque d’infections graves. La durée de protection est de trois à cinq ans. Ce vaccin est disponible depuis 1983.

Recommandations générales

Il est recommandé que tous les nourrissons (bébés) soient vaccinés dès l’âge de 2 mois contre les infections invasives à pneumocoque avec 3 doses de vaccin 13-valent à l’âge de 2, 4 et 11 mois.

Pour les enfants nés prématurés et les nourrissons à risque d’infections invasives à pneumocoque, le calendrier de vaccination prévoit une dose additionnelle à l’âge de 3 mois.

Devant l’insuffisance de la couverture vaccinale en France et face à la réapparition d’épidémies, le ministère de la Santé a recommandé, en juillet 2017, d’élargir l’obligation vaccinale à huit vaccins supplémentaires chez les bébés de moins de deux ans (CoquelucheHaemophilus influenzae bHépatite BMéningocoque CPneumocoqueRougeoleOreillonsRubéole).
Ces 8 vaccins, dont bénéficie déjà la grande majorité des enfants, deviendraient donc obligatoires en 2018 chez l’enfant de moins de deux ans, en plus des trois vaccins déjà obligatoires (DiphtérieTétanosPoliomyélite).

Recommandations particulières

À partir de l’âge de 2 ans, la vaccination est recommandée pour les personnes à risque élevé d’infections sévères à pneumocoque, quel que soit l’âge :

Schéma de vaccination

Selon l’âge, le type de maladie, différents schémas vaccinaux faisant appel ou non aux deux types de vaccins sont recommandés :

Enfants de 2 ans à moins de 5 ans (à risque élevé d’infections invasives à pneumocoque) :

  • Non vaccinés antérieurement : 2 doses de vaccin 13-valent à deux mois d’intervalle, suivies d’1 dose au moins deux mois après la 2e dose du vaccin 23-valent.
  • Déjà vaccinés : 1 dose de vaccin 23-valent.

Enfants âgés de 5 ans et plus : selon le type de maladie, soit 1 dose de vaccin 23-valent, soit une dose de vaccin 13-valent suivie d’1 dose de vaccin 23-valent huit semaines plus tard.

Il n’y a pas de rappel de ces vaccinations à effectuer.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

La protection du nourrisson par le vaccin 13-valent (contre les sérotypes inclus dans le vaccin) est très élevée, supérieure à 90%.

La mise à disposition en 2010 du vaccin 13-valent a encore amélioré la protection en réduisant de plus de 50% le nombre de nouveaux cas des septicémies et méningites à pneumocoque chez l’enfant entre 2008-2009 et 2014.

Un impact important a également été observé chez les adultes et les personnes âgées (diminution de plus de 40% de ces maladies), grâce à l’immunité de groupe (protection de l’entourage) conférée par la vaccination des enfants.

Il existe actuellement en France deux vaccins contre les infections à pneumocoques. Ce sont des vaccins inactivés.

Nom commercial*

Prévenar 13®

Maladies
concernées

méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque

Type de vaccin 13-valent
Pour qui ? À partir de 2 mois
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Pneumo 23®
Pneumovax®

Maladies
concernées

méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque

Type de vaccin 23-valent
Pour qui ? À partir de 2 mois
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Prévenar 13®

méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque

13-valent À partir de 2 mois Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

Pneumo 23®
Pneumovax®

méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque

23-valent À partir de 2 mois Pris en charge à 65% par l’assurance maladie**

*Cliquez sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’informations.
**Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Les vaccins contre les infections à pneumocoque ne doivent pas être utilisés en cas d’allergie aux substances actives, ou à l’un des composants.

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Le vaccin contre les infections à pneumocoque est prescrit par un médecin. Il est pris en charge à 65% par l’assurance maladie, le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).

Il est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

La vaccination peut être réalisée par un médecin ou un infirmier (sur prescription médicale), en libéral, à l’hôpital ou en PMI (pour les enfants jusqu’à 6 ans). Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccination public. Dans ce cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais dans les centres de vaccination publics ou en PMI.

Le vaccin est administré par voie intramusculaire.