hépatite A

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

En France, environ un millier de cas d’hépatite A sont déclarés chaque année, en grande partie chez des personnes revenant de séjour dans des pays où le virus circule fortement.

L’hépatite A est une infection du foie provoquée par un virus. La transmission de la maladie s’effectue essentiellement à partir du virus présent dans les selles des personnes infectées.

Elle peut se faire soit directement au contact d’un malade, le plus souvent par l’intermédiaire des mains souillées. Elle peut également se faire de manière indirecte par la consommation d’eau (de boisson) ou d’aliments contaminés (crudités, coquillages, par exemple). Dans ce dernier cas, la maladie peut se présenter sous une forme épidémique. Une transmission du virus a également été observée lors de relations sexuelles, en particulier chez les homosexuels masculins.

La circulation du virus dans un pays dépend fortement des conditions de santé et d’hygiène collective (niveau d’assainissement et accès à l’eau potable) et individuelle (lavages des mains, nettoyage des fruits et légumes consommés crus). Elle est donc particulièrement élevée dans les pays en développement où l’hygiène est insuffisante. Dans le monde, on estime qu’elle touche 1,4 million de personnes par an.

Visage jaune avec yeux jaunes

L’hépatite A passe souvent inaperçue (infection asymptomatique) ; dans certains cas, elle peut se manifester par des maux de ventre, une jaunisse, de la fièvre et une grande fatigue parfois prolongée. Il n’existe pas de médicament spécifique contre le virus de l’hépatite A.

Presque tout le monde guérit complètement de l’hépatite A en étant immunisé pour le reste de la vie. Exceptionnellement, l’hépatite A peut évoluer vers une hépatite fulminante, forme grave nécessitant le plus souvent le recours à une greffe du foie.

L’hépatite A aiguë est une maladie à déclaration obligatoire en France.

L’approvisionnement en eau potable, la sécurité sanitaire des aliments, l’amélioration des installations d’assainissement et le vaccin contre l’hépatite A sont les moyens les plus efficaces pour combattre cette maladie.

Le vaccin contre hépatite A

La vaccination contre l’hépatite A concerne les personnes exposées à ce virus. Elle a pour effet de diminuer fortement le risque de contracter cette infection.

Recommandations générales

La vaccination contre l’hépatite A est recommandée pour :

  • les jeunes accueillis dans les établissements pour l’enfance et la jeunesse handicapées ;
  • les personnes atteintes de mucoviscidose ;
  • les personnes atteintes de maladies du foie pouvant devenir chroniques, par exemple, celles qui sont dues aux virus des hépatites B et C ou à une consommation excessive d’alcool ;
  • les enfants, à partir de l’âge d’1 an, nés de familles dont au moins un des membres est originaire d’un pays où sévit de manière importante l’hépatite A et qui sont susceptibles d’y séjourner ;
  • les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Recommandations particulières

Vaccination autour d’une personne infectée :

Afin d’éviter une contamination de ses proches, une vaccination rapide peut être également recommandée pour l’entourage familial d’une personne atteinte d’hépatite A (ou vivant sous le même toit). La vaccination est recommandée pour les personnes de l’entourage qui :

  • n’ont pas été vaccinées contre cette maladie dans le passé ;
  • sont nées après 1945 ;
  • n’ont jamais eu de jaunisse ;
  • n’ont pas séjourné dans un pays fortement touché par l’hépatite A.

Pour les autres personnes de l’entourage, une prise de sang sera d’abord réalisée pour vérifier l’absence d’antécédent d’hépatite A (la vaccination est inutile si une personne a déjà eu une hépatite A).

La vaccination est également recommandée au sein d’une communauté en situation d’hygiène précaire, lorsqu’il existe un cas d’hépatite A. Cette mesure permet d’éviter une épidémie au sein de la communauté et une diffusion plus large de la maladie.

En milieu professionnel

La vaccination contre l’hépatite A est recommandée pour les professionnels à risque de contamination :

  • personnes s’occupant d’enfants n’ayant pas atteint l’âge de la propreté (personnels des crèches, assistantes maternelles, etc.) ;
  • personnels des structures collectives d’accueil pour personnes handicapées ;
  • professionnels impliqués dans la préparation alimentaire en restauration collective (cantines) ;
  • personnes chargées du traitement des eaux usées et des égouts.

La vaccination contre l’hépatite A est pratiquée de manière systématique chez les militaires depuis 1994.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Recommandations pour les voyageurs

La vaccination est recommandée à partir de l’âge d’1 an pour tous les voyageurs devant séjourner dans une région du monde où l’hygiène est précaire, quelles que soient les conditions du séjour. Elle est particulièrement recommandée chez les personnes souffrant d’une maladie chronique du foie ou de mucoviscidose, chez les personnes greffées ou en attente de greffe et chez les personnes vivant avec le VIH.

La dose de vaccin doit être administrée au moins quinze jours avant le départ.

Un examen du sang préalable à la vaccination recherchant des anticorps montrant que la personne a déjà été infectée peut être utile pour les personnes :

  • ayant des antécédents de jaunisse ;
  • ayant passé leur enfance dans une zone fortement touchée par l’hépatite A ;
  • nées avant 1945.

Zones du monde à risque d’hépatite A

Le risque de contracter une hépatite A est très élevé en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique centrale et du Sud et la population y est contaminée tôt dans la vie en raison d’un niveau insuffisant d’hygiène collective.

Schéma de vaccination

Schéma habituel

  • 1 dose suivie d’une dose de rappel six à douze mois plus tard. Cette 2e dose peut être administrée jusqu’à trois ou cinq ans après la première dose selon le vaccin choisi.

Schéma temporaire

Dans le cadre de tensions d’approvisionnement des vaccins contre l’hépatite A, les recommandations ont été modifiées :

  • Toute nouvelle vaccination initiée durant la période de pénurie se fait par 1 seule dose.
  • Les personnes ayant déjà reçu 1 dose de vaccin et qui vont se retrouver en situation d’exposition au virus de l’hépatite A ne recevront une 2e dose que lors du retour à la normale de l’approvisionnement (sauf pour les personnes immunodéprimées).

La vaccination reste prioritaire chez :

  • les enfants (âgés d’1 an et plus) nés de parents issus de pays fortement touchés par le virus et allant séjourner dans leur pays d’origine ;
  • les personnes de l’entourage d’un ou plusieurs cas confirmé(s) ;
  • les voyageurs (âgés d’1 an ou plus) si les conditions de leur séjour les exposent à un risque élevé de contamination ;
  • les personnes immunodéprimées exposées ;
  • les patients atteints de mucoviscidose et/ou de pathologies hépatobiliaires pouvant évoluer vers une maladie chronique du foie ;
  • les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) exposés, après réalisation d’une sérologie préalable.

Le vaccin est très efficace contre la maladie. Les anticorps contre le virus apparaissent dans 98 à 100% des cas après la première dose. La protection contre l’hépatite A est effective environ deux semaines après la vaccination et dure vraisemblablement toute la vie si la vaccination a été complète (2 doses).

Les programmes de vaccination menés dans différents pays, comme en Israël, en Espagne, en Argentine ou aux Etats-Unis, ont permis de réduire de 90% le nombre de cas d’hépatite A.

Le vaccin contre l’hépatite A est un vaccin inactivé. Trois vaccins sont actuellement disponibles contre l’hépatite A seule (dont deux avec un dosage pédiatrique). Il existe également :

  • un vaccin qui combine le vaccin contre l’hépatite A avec le vaccin contre l’hépatite B (avec une forme pédiatrique) ;
  • un vaccin qui combine le vaccin contre l’hépatite A avec le vaccin contre avec la fièvre typhoïde.
Nom commercial*

Twinrix Adulte®

Maladies
concernées

hépatite A, hépatite B

Type de vaccin Bivalent
Pour qui ? Adultes et adolescents à partir de 16 ans
Remboursement** Non pris en charge par l’assurance maladie***
Nom commercial*

Twinrix Enfant®

Maladies
concernées

hépatite A, hépatite B

Type de vaccin Bivalent
Pour qui ? Enfants et adolescents de 1 à 15 ans
Remboursement** Non pris en charge par l’assurance maladie***
Nom commercial*

Tyavax®

Maladies
concernées

fièvre typhoïde, hépatite A

Type de vaccin Bivalent
Pour qui ? Adultes et adolescents à partir de 16 ans
Remboursement** Non pris en charge par l’assurance maladie**
Nom commercial*

Avaxim 160®
Havrix 1440®

Maladies
concernées

hépatite A

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Adultes et adolescents à partir de 16 ans
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie** chez les personnes présentant certaines maladies chroniques
Nom commercial*

Avaxim 80®
Havrix 720®

Maladies
concernées

hépatite A

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Enfants et adolescents de 1 à 15 ans
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie** chez les personnes présentant certaines maladies chroniques
Nom commercial*

Vaqta 50®

Maladies
concernées

hépatite A

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Adultes et adolescents à partir de 18 ans
Remboursement** Pris en charge à 65% par l’assurance maladie** chez les personnes présentant certaines maladies chroniques
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Twinrix Adulte®

hépatite A, hépatite B

Bivalent Adultes et adolescents à partir de 16 ans Non pris en charge par l’assurance maladie***

Twinrix Enfant®

hépatite A, hépatite B

Bivalent Enfants et adolescents de 1 à 15 ans Non pris en charge par l’assurance maladie***

Tyavax®

fièvre typhoïde, hépatite A

Bivalent Adultes et adolescents à partir de 16 ans Non pris en charge par l’assurance maladie**

Avaxim 160®
Havrix 1440®

hépatite A

Monovalent Adultes et adolescents à partir de 16 ans Pris en charge à 65% par l’assurance maladie** chez les personnes présentant certaines maladies chroniques

Avaxim 80®
Havrix 720®

hépatite A

Monovalent Enfants et adolescents de 1 à 15 ans Pris en charge à 65% par l’assurance maladie** chez les personnes présentant certaines maladies chroniques

Vaqta 50®

hépatite A

Monovalent Adultes et adolescents à partir de 18 ans Pris en charge à 65% par l’assurance maladie** chez les personnes présentant certaines maladies chroniques

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir son prix et plus d’informations.
**Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles).
***Certaines complémentaires santé (mutuelles) proposent des formules comprenant le remboursement des vaccinations destinées aux voyageurs.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin contre l’hépatite A ne doit pas être utilisé en cas :

  • d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants ou aux résidus à l’état de traces ;
  • de réaction allergique à la suite d'une injection antérieure de ce vaccin.

La vaccination doit être différée en cas de maladie aiguë avec fièvre.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute soudaine de la pression artérielle et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Le vaccin contre l’hépatite A est prescrit par un médecin et remboursé par l’assurance maladie dans certaines conditions.

Le vaccin est disponible en pharmacie et doit être conservé au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C. Il ne doit pas être congelé.

La vaccination peut être réalisée par un médecin ou un infirmier (sur prescription médicale), en libéral, à l’hôpital ou en PMI (pour les enfants jusqu’à 6 ans). Elle peut également être réalisée dans un centre de vaccination public, dans un Centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) ou dans un centre de vaccinations internationales. Dans ce dernier cas, la prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé dans les conditions habituelles.

Il n’y a pas d’avance de frais dans les centres de vaccination publics, en PMI et dans les CeGIDD.

Le vaccin est administré par voie intramusculaire. Il doit être administré au moins quinze jours avant le départ.

À savoir
Des difficultés d'approvisionnement sont actuellement rencontrées avec certains vaccins contre l’hépatite A. Pour plus d'information, consultez la rubrique dédiée sur le site Internet de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).