fièvre jaune

Partager sur

Envoyer par email

Séparez les adresses par des virgules

Publié le

La fièvre jaune est une maladie grave présente dans un grand nombre de pays tropicaux d’Amérique du Sud et d’Afrique, où elle touche chaque année environ 200 000 personnes.

La fièvre jaune est une maladie due à un virus (virus amaril) transmise à l’homme par certains moustiques.

Elle survient sous forme d’épidémie. Dans 85% des cas, l’infection n’entraîne pas de symptômes. Quand il y a des symptômes, le patient présente une fièvre élevée avec des maux de tête et des courbatures. Dans 15% des cas, la maladie évolue vers des atteintes du foie et des reins avec l’apparition d’une jaunisse, des troubles urinaires et des hémorragies, qui conduisent au décès dans environ la moitié des cas.

Moustique

Il n’y a pas de traitement spécifique à la fièvre jaune. Seul un traitement des symptômes à l’hôpital améliore les chances de survie.

La fièvre jaune est une maladie à déclaration obligatoire en France.

Le vaccin contre fièvre jaune

En France, la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour les personnes âgées de plus de 12 mois voyageant ou résidant en Guyane.

Elle est recommandée chez les voyageurs âgés de plus de 9 mois qui se rendent dans des pays où sévit la maladie. Elle permet de diminuer très fortement les risques d’attraper cette maladie grave.

Recommandations particulières

Le vaccin contre la fièvre jaune étant un vaccin vivant atténué, il est par principe contre-indiqué chez les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées. Cependant, la vaccination peut être envisagée au cas par cas et en fonction du risque d’exposition :

  • Femmes vaccinées pour la première fois pendant leur grossesse, personnes vivant avec le VIH et personnes immunodéprimées déjà vaccinées une première fois : une 2e dose doit être administrée dix ans plus tard.
  • Personnes dont la vaccination contre la fièvre jaune date de plus de dix ans : une 2e dose doit être administrée en cas de circulation active du virus dans la population.
  • Femmes qui allaitent : le virus vaccinal passe dans le lait maternel. En cas de vaccination indispensable et si le voyage ne peut être différé, il faut arrêter l’allaitement pendant deux semaines. Il pourra être repris après la vaccination.

En milieu professionnel

La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée pour les personnels de laboratoire exposés au virus.

N’hésitez pas à vous renseigner, selon votre situation, auprès de votre médecin traitant ou de votre médecin du travail.

Recommandations pour les voyageurs

La vaccination est recommandée pour les personnes voyageant ou résidant dans les régions intertropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud. Elle peut être exigée par certains pays pour l’entrée sur le territoire. Cependant, le fait qu’un pays n’exige pas cette vaccination ne signifie pas qu’il n’y a aucun risque de transmission de la fièvre jaune.

Exceptionnellement, la vaccination peut être effectuée dès l’âge de 6 mois si le nourrisson doit séjourner en milieu rural ou en forêt, ou si une épidémie sévit dans la région visitée.

Carte des zones d’Afrique touchées par la fièvre jaune (en anglais)
Carte des zones d’Amérique du Sud touchées par la fièvre jaune (en anglais)
Liste des pays exigeant le certificat de vaccination contre la fièvre jaune

Schéma de vaccination

Cas général :

  • 1 dose de vaccin administrée au moins dix jours avant le départ.

Cas particuliers :

  • Nourrissons et enfants de moins de 2 ans : 1 dose entre 9 mois et 2 ans puis une 2e dose à partir de l’âge de 6 ans et dans un délai maximum de dix ans.
  • Femmes vaccinées pour la première fois en cours de grossesse, personnes vaccinées vivant avec le VIH et personnes immunodéprimées vaccinées : une 2e dose dix ans plus tard.
  • Personnes dont la vaccination contre la fièvre jaune date de plus de dix ans : une 2e dose en cas de circulation active du virus.

La protection individuelle apportée par le vaccin contre la fièvre jaune apparaît dans les dix jours suivant l’injection. Cette protection est durable et de très bonne qualité (> 90% de personnes protégées).

La mise au point du vaccin a permis de faire chuter le nombre de cas dans le monde et de voir la maladie disparaître en Europe. Depuis 1978, aucun cas, même importé de l’étranger, n'a été déclaré en France métropolitaine.

En France, il n’existe qu’un vaccin disponible contre la fièvre jaune. Il s’agit d’un vaccin vivant atténué.

Nom commercial*

Stamaril®

Maladies
concernées

fièvre jaune

Type de vaccin Monovalent
Pour qui ? Nourrissons à partir de 9 mois, enfants et adultes
Remboursement** Non pris en charge par l’assurance maladie en métropole, DOM (Martinique, Guadeloupe, Réunion)**
Nom
commercial*
Maladies
concernées
Type
de vaccin
Pour qui ? Remboursement

Stamaril®

fièvre jaune

Monovalent Nourrissons à partir de 9 mois, enfants et adultes Non pris en charge par l’assurance maladie en métropole, DOM (Martinique, Guadeloupe, Réunion)**

*Cliquer sur le nom du vaccin pour obtenir plus d’informations.
**Certaines complémentaires santé (mutuelles) proposent des formules comprenant le remboursement des vaccins destinés aux voyageurs.

Il convient de se référer à la notice de ce vaccin, disponible sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications.

Le vaccin contre la fièvre jaune ne doit pas être utilisé :

  • en cas de réaction d’allergie aux œufs, ou à tout composant du vaccin ou en cas de réaction allergique grave à une précédente injection (situation très rare) ;
  • en cas de déficit immunitaire ou d’infection par le VIH, au stade sida ;
  • en cas de maladie sévère avec fièvre en cours ;
  • en cas d’antécédents de maladies du thymus ;
  • chez les enfants âgés de moins de 6 mois.

Le vaccin contre la fièvre jaune ne doit être utilisé qu’en cas de nécessité absolue ou si le risque d’infection dans la zone visitée est avéré :

  • chez la femme enceinte ou qui allaite ;
  • chez la personne de plus de 60 ans (en 1re injection).

Entre 6 et 9 mois, la vaccination ne se fait que dans des circonstances particulières (décisions des autorités sanitaires en cas d’épidémies).

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

Il convient de se référer à la notice de ce vaccin, disponible sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des effets indésirables.

Effets indésirables communs à tous les vaccins injectables :

  • Réaction au site d’injection telle que douleur, rougeur, gonflement : très fréquent (>10 cas sur 100 vaccinés).
  • Des effets généraux comme de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires : fréquent (1 à 10 cas sur 100 vaccinés).
  • Réaction allergique : très rare (1 cas sur 450 000 vaccinés).

Des réactions allergiques graves, bien que très rares, peuvent survenir après la vaccination. Si l’un des symptômes décrits ci-dessous apparaît, vous devez immédiatement contacter un médecin ou les urgences médicales :

  • une éruption cutanée pouvant s’accompagner de démangeaisons ou de bulles ;
  • un gonflement des yeux et du visage ;
  • une difficulté à respirer ou à avaler ;
  • une chute de tension soudaine et une perte de connaissance.

En cas d’inquiétude après une vaccination, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien.

La vaccination contre la fièvre jaune ne peut être effectuée que dans un centre de vaccination anti-amarile agréé par les autorités sanitaires. La prescription, la délivrance du vaccin et la vaccination s’effectuent sur place.

Cette vaccination n’est pas prise en charge par l’assurance maladie. Les complémentaires santé (mutuelles) peuvent éventuellement prendre en charge tout ou une partie des frais si le contrat souscrit le prévoit.

Le certificat de vaccination contre la fièvre jaune

Pour obtenir un certificat de vaccination contre la fièvre jaune valide, il est nécessaire d’être vacciné dans un centre de vaccinations agréé afin qu’un certificat international de vaccination (de couleur jaune) soit émis. Ce certificat est valide à partir du 10e jour après la première dose de vaccin. En cas de besoin d’un rappel, le certificat est valable immédiatement après l’injection.

Ce vaccin est administré principalement par voie sous-cutanée, plus rarement par voie intramusculaire.